ONG AFEMDECO

l'association de femmes pour les développement communautaire;
(AFEMDCO /ASBL) est l'une des associations majeur et active de la République Démocratique du Congo, qui conster a assister la communautier et a aider les plus vulnérable.

a propos de nous


a propos de nous
l'association de femmes pour les développement communautaire (AFEMDCO /ASBL) est l'une des associations majeur et actif  de la  République Démocratique du Congo, qui conster a assister la communautier et a aider les plus vulnérable. 
https://www.afemdeco.com/
I. DE SA CREATION ET DENOMINATION L’Association des Femmes pour le Développement Communautaire « ONG
AFEMDCO ASBL » a été créée en date du 24 Avril 2001 à KALEMIE à l’EST du KATANGA à l’époque du (GRAND KATANGA), suite à la misère constatée dans la catégorie des groupes très vulnérables à savoir: les jeunes filles, les jeunes garçons et les femmes.
Kalemie fut l'une de région de la République, qui fut  la plus toucher par la guerre meurtrie ayant cause des enorme degas dans plusieurs secteurs des villes et villages avoisinant et faisant  beaucoup des victimes, Kalemie a connu des guerres multiples qui ont fait que les filles et les femmes se retrouvent dans une misère continuelle. C’est dans ce contexte que  l’ONG AFEMDCO a été constitué pour promouvoir le développement de ces catégories et pour améliorer   leurs conditions des vies. 
C’est une association sans but lucratif régie par la Loi No 004/ du 20 juillet 2001 portant dispositions générales applicables aux Associations sans but lucratif et des établissements d’utilité publique.

cette association a été crée suite a une forte nécessite dans la régions et une assistances des femmes déterminent  a faire avancer la communauté ,  la coordonnatrice en chef est madame MWANGE KAHOZİ NETTE une femme dévouer a cette détermination d'aider ces femmes et enfants qui sont dans une situation d'une vulnérabilités avancée, ayant consultes les autorités locaux et suites a leur aides,  elle la sus  mettre en place  cette organisation en fin de mener a bien les progrès communautaire.

GETİONAİRE


Mwange Kahozi Nenette

Coordonnatrice

GUYLAİN

Partenaire

HERVE

Responsable Administratif

BİBİSH

CADRE

NOS BUREAUX ET ANTENNES


notre vision


II. NOTRE VISION ET MISSION

Riche d’un personnel engagé et d’une expertise prouvée, notre mission est de contribuer au développement des communautés par l’amélioration de leurs conditions des vies sur la promotion, protection des droits humains et l’éducation.
L’Association des Femmes pour le Développement Communautaire ambitionne être une ONGD de proximité et
de prise en charge des personnes vulnérables et d’appui aux communautés rurales, souvent abandonnées, les personnes en détresse, sans discrimination ou distinction de race, de tribu ou d’ethnie.

                                                                                                 §
VI. NOS BUREAUX ET ANTENNES 
Bureau de Lubumbashi/ Siège National
         (Province du Haut-Katanga).                                          
Bureau de Kolwezi (Province de Lualaba)
Bureau     de        Kalemie          (Province        de         
          Tanganyika)                                                                  
Antenne du Territoire de Kasenga,
Territoire de Lubudi    
Territoire de Sandoa     
§
Territoire de Manono
Malemba Nkulu
Territoire de Kipushi
Territoire de Kambove
Ville de Kamina (Province de HautLomami)



NOS DOMAINES D’INTERVENTION


IV.         NOS DOMAINES D’INTERVENTION 

L’ONG AFEMDCO intervient dans les domaines ci-après : 
Prévention (Sensibilisation des communautés sur les Droits Humains en général et droits de l’enfant en particulier et prévention des maladies).
Promotion et Protection des Droits de l’enfant et Droits humains. 
Education, 
Santé (Eau, Hygiène et Assainissement.)
Gestion des catastrophes naturelles et conflits intercommunautaires (zones d’urgence).
Promotion de l’agriculture, pèche et élevage.


V.        ORGANISATION DU TRAVAIL
INSTANCES ET ORGANES  
Assemblée Générale : c’est l’organe qui réunit tous les membres effectifs de l’ONG AFEMDCO, ses membres se réunissent en session ordinaire une fois l’an. C’est l’organe de décision. 
Le Conseil d’Administration : Dirigé par le Président du Conseil d’administration, le conseil d’administration se réunit quatre fois l’an, à la fin de chaque trimestre. 
Le Secrétariat Exécutif /Coordination: Sous la Direction de la Présidente, le Secrétariat Exécutif est composé de deux pôles à savoir : Le pole Programmes, dirigé par sa Coordonnatrice Technique
Vice-Coordonnatrice des opérations, chargée de l’administration,
VII. des finances et de la logistique. q Un organe chargé d’études de faisabilité d’avant projets, chargé de réaliser des enquêtes de base, mi-parcours et enquêtes . finales.
Commission de Contrôle: Sa mission est de réaliser les audits internes sur la gestion de l’organisation tout entière et veuille sur la conformité et l’application des procédures.

NOS PARTENAİRES ET FİNANCEMENT


NOS PARTENAİRES ET FİNANCEMENT
PRESENTATION DU GROUPEMENT (INFORMATIONS GENERALES SUR LES ONG MEMBRES)


PRESENTATION DU GROUPEMENT


CREATION DU GROUPEMENT


Le Groupement « REFED & AFEMDECO », est un groupement ponctuel constitué par deux ASBL suivantes :
  • REFED : Réseau des Femmes pour le Développement
  • AFEMDECO : Association des Femmes pour le Développement Communautaire

  • en réponse à l’avis à manifestation d’intérêt N°005/UCP-PADMPME/PM/RDC/2020 relatif recrutement de l’ONG chargée de la mise en œuvre des activités de prévention et réponse aux violences basées sur le Genre (VBG) dans les villes de Matadi et Lubumbashi.  
STATUT JURIDIQUE
  • Nom : Groupement « REFED & AFEMDECCO »
  • Forme juridique : Asbl (Association d’ONG)
  • Date de constitution : Acte constitutif du 12 octobre 2020 notarié le 14 septembre 2020 par le service compétant.
LOCALISATION ET CONTACT

Durant son existence, le Groupement est localisé à l’adresse ci-après :
N°31, Av. Kinshasa, Route la Nationale n°1, Matadi/Kongo Central, RD. Congo
Pour tout contact :
Téléphone : +243 814 516 268 - +243 998 720 090
E-mail : anniembandu@gmail.com
afemdecoasbl@gmail.com



COORDONNEES BANCAIRES


PRESENTATION DE REFED


PRESENTATION GENERAL DE REFED
Création et nature
Objectifs de REFED
Fore juridique et enregistrement auprès des ministères sectoriels
Rayon d’action
Stratégie et domaines d’intervention
Partenaires et clients
Ressources financières, humaines et matérielles
Siège et contact
Coordonnées bancaires
DOCUMENTS ADMINISTRATIFS ET RECONNAISSANCES LEGALES
Statuts de l’organisation
Personnalité juridique/F92
Partenariat avec les ministères
Numéro d’impôt

       PRESENTATION DE AFEMDCO
PRESENTATION GENERALE DE AFEMDCO

Création et nature

L’Association des Femmes pour le Développement Communautaire « AFEMDCO ASBL » a été créée en date du 20 Décembre 2001 à KALEMIE à l’EST du KATANGA à l’époque (GRAND KATANGA), suite à la misère constatée dans la catégorie des groupes très vulnérables à savoir : les jeunes filles, les jeunes garçons et les femmes.
Kalemie a connu des guerres multiples qui ont fait que les filles et les femmes se retrouvent dans une misère continuelle. C’est dans ce contexte que l’ONG AFEMDCO a été constitué pour promouvoir le développement de ces catégories et pour améliorer leurs conditions des vies.
  • C’est une association sans but lucratif régie par la Loi No 004/ du 20 juillet 2001 portant                  dispositions générales applicables aux Associations sans but lucratif et des établissements d’utilité publique.
  • Riche d’un personnel engagé et d’une expertise prouvée, notre mission est de contribuer au développement des communautés par l’amélioration de leurs conditions des vies sur la promotion, protection des droits humains et l’éducation.
 Elle ambitionne être une ONGD de proximité et de prise en charge des personnes vulnérables et d’appui aux communautés rurales, souvent abandonnées, les personnes en détresse, sans discrimination ou distinction de race, de tribu ou d’ethnie etc.

     NOS BUREAUX ET ANTENNES
  1. Bureau de Lubumbashi/ Siège National (Province du Haut-Katanga).
  2. Bureau de Kolwezi (Province de Lualaba)
  3. Bureau de Kalemie (Province de Tanganyika)
  4. Antenne du Territoire de Kasenga,
  5. Territoire de Lubudi
  6. Territoire de Sandoa
  7. Territoire de Manono
  8. Malemba Nkulu
  9. Territoire de Kipushi
  10. Territoire de Kambove
  11. Ville de Kamina (Province de Haut-Lomami)
                                      OBJECTİFS D' AFEMDCO

AFEMDCO poursuit les objectifs général et spécifiques suivants :
Permettre aux femmes, jeunes filles et jeunes garçons d’accéder aux services sociaux de base de qualité et participer à la prévention et protection des personnes vulnérables
.
Objectifs spécifiques :

Permettre aux communautés d’accéder aux soins de santé de qualité de proximité,
Lutter contre l’insécurité alimentaire, et promouvoir les actions de développement des communautés rurales et urbaines
Participer à la prévention et à la protection des droits humains avec un accent sur les droits de l’enfant.
Informer et former les communautés sur les moyens de prévention contre les infections sexuellement transmissibles, le VIH-SIDA, le Cholera, le paludisme, l’Ebola etc…
Lutter contre les violences faites à la femme et à la jeune fille et permettre aux victimes des viols et violences basées sur le genre d’accéder à une assistance holistique de qualité et qui réponde à leur besoin.
Fore juridique et enregistrement auprès des ministères sectoriels
L’Association des Femmes pour le Développement Communautaire est légalement installée en République Démocratique du Congo et est enregistré aux Ministères Sectoriels ci-dessous :
  1. Ministère National de la Justice ;
  2. Ministère du Genre, de la Famille et de l’Enfant ;
  3. Ministère des Affaires Sociales ;
  4. Ministère de la Santé ;
  5. Ministère de l’Environnent Développement Rural,
  6. Inspection Provinciale de l’Agriculture Pèche et Elevage,

                                          RAYON D'ACTİON


AFEMDCO opere dans le Grang-Katanga comprenant les provinces de Haut-Katanga, Lualaba, Haut-Lomami et Tanganyika ; elle peut étendre ses activités dans les autres provinces de la République Démocratique du Congo selon la necessité et le besoin.
Stratégie et domaines d’intervention
L’ONG AFEMDCO intervient dans les domaines ci-après :
  • Prévention (Sensibilisation des communautés sur les Droits Humains en général et droits de l’enfant en particulier et prévention des maladies).
  • Promotion et Protection des Droits de l’enfant et Droits humains.
  • Education,
  • Santé (Eau, Hygiène et Assainissement.)
  • Gestion des catastrophes naturelles et conflits intercommunautaires (zones d’urgence).
  • Promotion de l’agriculture, pèche et élevage
  • Stratégies d’intervention :
  • Participation communautaire ;
  • Renforcement des capacités des communautés et d’acteurs intervenant ;
  • Mobilisation et sensibilisation communautaire ;
  • Gestion des cas de VBG axée sur la survivante etc.

                        NOS  PARTENAİRES 

Partenaires Gouvernementaux :

  • Division Provinciale du Genre, Famille et Enfant, Haut-Katanga,
  • Division Provinciale des Affaires Sociales du Haut-Katanga,
  • Ministère Provincial de la Jeunesse du Haut-Katanga,
  • Division Provinciale de la Santé du haut-katanga,
  • Programme National de Lutte contre le Sida ‘’PNLS’’
  • Programme National Multisectoriel de Lutte SIDA ‘’PNMLS’’
  • Programme National de la Santé de Reproduction ‘’PNSR’’
  • Partenaires Techniques et Financiers :
  • Fonds des Nations Unies pour l’Enfance, ‘’UNICEF’’
  • Fonds des Nations Unies pour la Population ‘’UNFPA’’
  • Fonds des Nations pour les Refugiés ‘’UNHCR’’
  • FHI360-RDC
  • WORLD VISION
  • COUNTERPART INTERNATIONAL
  • FONDATION KONRAD ADENAUER STIFTUNG
  • COMMISSION DIOCESAINE JUSTICE ET PAIX –KALEMIE
  • Les partenaires en consortium
  • CONSORTIUM REFED-AFEMDCO
  • CONSORTIUM AFEMDCO-AMAP-VAG
  • Les Organisations de la Société Civile et les communautaires :
  • ONG JUSTICIA, SAVE CONGO, WORLD PRODUCTION, MDH, APROF, CPJP LUBUMBASHI, ABF, ASEMIR, EGLISE LUTHERIENNE, ADRA, TCP, AIDES, APEDE, INTERSOS, MEEDAF, CENEAS, AJDC, AMDK, etc.
  • Les clients :
  • Les survivants des violences sexuelles et celles basées sur le genre,
  • Les orphelins et autres enfants vulnérables ;
  • Les enfants infectés et affectés par le VIH-SIDA et CORONAVIRUS,
  • Les enfants associés et sorties des groupes armés,
  • Les enfants travaillants dans les carrières minières,
  • Les jeunes filles mères,
  • Les professionnelles de sexe (les populations clés et prioritaires par rapport à la lutte contre le VIH-SIDA)
  • Les veuves, les vieillards et autres femmes désœuvrées.
  • Ressources financières, humaines et matérielles
Ressources financières

AFEMDCO a différentes sources de mobilisation des ressources financières :
Les contributions mensuelles des membres, les dons et legs, les Activités Génératrices de Revenues (les AGRs de l’association en l’occurrence la ferme agropastorale de 15 ha de maïs, 2 ha de soja, 120 têtes chèvres, situé sur la route Kasumbalesa), c’est avec ces activités que nous prenons en charge nos staffs et les diverses dépenses du bureau comme supporter le loyer, l’électricité, achat des matériels et fournitures de bureau etc…
Pour ces trois dernières années 2017, 2018, 2019 nous avons mobilisés les ressources financières ci-dessous :
.
2017, 2018, 2019 : Fonds propres AFEMDCO : 31.809,46 USD
2018, 2019, 2020 : UNICEF : 159.048,83 USD
2019 : UNFPA : 21.800 USD
2017, 2018, 2019 : WORLD VISION : 31.793 USD
JULLET 2019: FONDATION KONRAD ADENAUER STIFTUNG: 4.380 USD


Financement du Gouvernement :

2016 : Ministère National de la Jeunesse : 9.750 USD
2016 : Division Provinciale du Genre, Famille et Enfant/Haut-Katanga : 6.830 USD /Projet de prévention et sensibilisation des communautés sur les Violences sexuelles et violences basées sur le genre.
Le cumul des Fonds reçus pour tous les Partenaires Techniques et financiers ci-hauts énumérés et les fonds reçus auprès du Gouvernement pour les trois derrières années s’élèvent à 223.301,83 USD et 31.809,46 USD pour la mobilisation des recettes à travers nos AGRS.
Ressources humaines et matériels
Dotation en personnel :
  • 2 agents : Licenciés en Développement Communautaire,
  • 1 agent : Licencié en Gestion et Administration des Projets,
  • 1 agent : Licencié en Sciences Commerciales et Financières,
  • 1 agent : Licencié en Gestion Financière,
  • 1 agent : Licencié en Psychologie et Sciences de l’Education,
  • 1 agent : Gradué en Informatique de Gestion,
  • 1 agent : Gradué en Sciences Infirmières,
  • 2 agents : Diplômés d’Etat en Pédagogie Générale et Biologie-Chimie.
AFEMDCO à travers la mobilisation des ressources financières précitées s’est acquis les matériels et équipements ci-après : Les meubles et autres matériels de bureau, les Equipment informatiques évalués à 6.038 USD selon l’inventaire du patrimoine de bureau du 22 Juin 2020.
Siège et contact
  •  
  • Le siège national de AFEMDCO est situé au NO31 Avenue Chaussée de Kasenga, Q/Bel-Air I, Commune/Kampemba/Ville de Lubumbashi, Haut-Katanga/ République Démocratique du Congo.
Téléphone : +243 99 87 200 90 / +243 81 600 46 99
Email : afemdecoasbl@gmail.com
Coordonnées bancaires
  • L’intitulé du compte : AFEMDCO ASBL
Le numéro de compte (à 23 chiffres) :  00017-25000-00280380001-97 USD
Le nom de la Banque : TRUST MERCHANT BANK SA. (TMB)
Adresse physique de la Banque : 1223, Avenue Lumumba, Ville de Lubumbashi, Haut-Katanga, RD. Congo
Le Swift code de la banque : TRMSCD3L
DOCUMENTS ADMINISTRATIFS ET RECONNAISSANCES LEGALES
Statuts de l’organisation
Cfr statu AFEMDCO en annexe.
Personnalité juridique/F92
Cfr le f.92 AFEMDCO en annexe

Partenariat avec les ministères


  • Division Provinciale du Genre, Famille et Enfant, Haut-Katanga,
  • Division Provinciale des Affaires Sociales du Haut-Katanga,
  • Ministère Provincial de la Jeunesse du Haut-Katanga,
  • Division Provinciale de la Santé du haut-katanga,
  • Programme National de Lutte contre le Sida ‘’PNLS’’
  • Programme National Multisectoriel de Lutte SIDA ‘’PNMLS’’
  • Programme National de la Santé de Reproduction ‘’PNSR’’
  • Division Provinciale de l’Environnement et Développement Rural
  • Division Provinciale de l’Agriculture Pèche et Elevage,
  • Division Provinciale du Plan
Numéro d’impôt
AFEMDCO est enregistré auprès du Ministère des Finances, à la Direction de l’Assiette Fiscale sous le numéro impôt : A2027147F
En annexe le document du numéro impôt.

EXPERİENCE PERTİNENTE


EXPERİENCE PERTİNENTE
​​​​
                                                                                                                                                                                 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                               EXPERIENCE PERTINENTE


                                                                            EXPERIENCE DANS LE DOMAINE DE LA PREVENTION ET REPONSE AUX VBG AFEMDCO 



                                                                                                                                       VBG Afemdco est une organisation qui a une expérience avérée dans la mise en œuvre des activités de prévention et de réponse aux violences sexuelles et violences basées sur le genre, la protection de l’enfant et lutter contre les IST VIH-SIDA :
  • Avec l’UNFPA : Projet de Mise en place d’un dispositif allégé de prévention et de réponse aux violences basées sur le genre, abus sexuels et exploitation sexuelle sur les chantiers d’entretien de la RN5, axe Kasomeno- Kalemie- Uvira », sélectionné en sous-traitance par la Commission Diocésaine Justice et Paix Bureau de Kalemie avec l’appui technique de UNFPA, et l’appui financier de la BANQUE MONDIALE à travers la CELLULE INSTRASTRUCTURES, Période d’exécution : Octobre 2019- Juin 2020.
  • Fonds reçus : 21. 800 USD
Résultats atteints à ce jour :
  • 74 cas de VBG accompagnés sur le plan psychosocial et référés pour la prise charge médicale ;
  • 24 Acteurs gestionnaires des cas de VBG renforcés en capacités ; dont 16 hommes et 8 femmes ;  
  • 21 femmes des organisations à base communautaire, renforcées en capacités en communication sur le changement de comportement et plaidoyer, qui assurent la mobilisation des jeunes filles et garçons, travailleurs d’entreprises, chefs coutumiers et religieux dans les villages et localités sur les violences basées sur le genre.
  • 1 mecanisme de gestion de palintes installé

  • Avec l’UNICEF : Projet d’appui à la prise en charge médicale et psychosociale des survivants des violences sexuelles dans les zones de santé Lubumbashi, Kampemba, Ruashi, Katuba, Kenya, Kowe, Mumbunda, Vangu, Kisanga, Kamalondo, Kafubu, Kipushi, Sakania/Kasumbalesa, Kikula, Panda, Likasi dans la Province du Haut-Katanga. », avec l’appui technique et financier de l’UNICEF, exécuté sur la période Avril-Décembre 2018, Mars-Octobre 2019 et Décembre 2019 à Avril 2020.
  • Fonds reçus : 159.048,83 USD
Résultats atteints à ce jour :
  • 2219 dont 1077 filles, 929 femmes, 113 garçons et 100 hommes, survivants des violences sexuelles et violences basées sur le genre ont bénéficié d’une prise en charge médicale dans les 72 heures et l’accompagnement psychosocial,
  • 89 survivants des violences sexuelles et violences basées sur le genre dont 47 filles et 42 femmes ont bénéficié de l’assistance légale ;
  • 75   volontaires communautaires formés pour l’alerte précoce dont 36 femmes et 39 hommes.
  • 25 Prestataires médicaux des zones de santé ciblées, formés sur la prise en charge médicale ;
  • 12 comités d’alertes formés.
Avec la DIVISION DU GENRE, FAMILLE ET ENFANT : Projet de prévention et sensibilisation des communautés sur les violences sexuelles et réponse à environ 450 Victimes des violences Basées sur le Genre dans les zones de santé Lukafu, Malemba Nkulu, Manono exécuté en 2015.   Fonds reçu : 6.830 USD
Avec la WOLD VISION : Programme Technique Education- Protection de l’Enfant, dans les aires de programme KIGOMA et RUASHI-CONGO d’Octobre 2019 à Septembre 2020,
Fonds reçus : 31.793 USD
Avec la FHI360-RDC : Projet : ‘’Atteindre les objectifs et maintenir le contrôle épidémique du VIH SIDA’’ projet Epic à Lubumbashi, activité en cours.

  • Avec le Ministère de la Jeunesse : Projet de sensibilisation sur la planification familiale et lutte contre les IST/VIH-SIDA chez les jeunes adolescents de la ville de Lubumbashi ; exécuté de mars à juin 2016, appuyé par le Ministère de la Jeunesse, Sports et Loisirs avec l’appui technique de UNFPA
  • Fonds reçus : 9.750 USD
Résultats atteints :
  • 3700 jeunes sensibilisés dont 1945 jeunes filles et 1755 jeunes filles ont eu accès aux informations sur les moyens de prévention des IST/VIH-SIDA ;
  • 176 jeunes dont 54 jeunes filles et 122 jeunes garçons du quartier KATUBA dépistés au VIH ;
  • 73 jeunes dont 21 jeunes filles et 52 jeunes garçons testés positifs aux IST et référés pour la prise en charge médicale ;
  • 5700 dépliants avec messages sur les moyens de prévention des IST/VIH-SIDA distribués aux jeunes
  • 14 400 préservatifs masculins distribués aux jeunes en activité sexuelle en prévention des IST/VIH-SIDA.
 
                                                                       ACTIVITES EN COURS DANS LA LUTTE CONTRE LESVBG OU PROTECTION DES FEMMES OU DES ENFANTS DANS LA ZONE DU PROJET

Projet de réponse aux femmes et enfants victimes des Violences Sexuelles et Violences basées sur le Genre, et réponse aux enfants affectés par le COVID-19 : Exécuté en sous traitante par AFEMDCO à travers la Division Provinciale des Affaires Sociales et l’appui Technique et Financier de l’UNICEF.


                                                                                                          EXPERTIENCE DANS LES DOMAINES SUIVANTS :


Pour permettre aux filles et garçons, hommes et femmes victimes de violences sexuelles d’accéder aux soins de santé dans les 72 heures et de bénéficier d’un accompagnement psychosocial adapté à leur besoin spécifique, AFEMDCO, à travers ce projet, compte redynamiser certains comités du système d’alerte dans les communes et quartiers en s’appuyant sur les membres des Réseaux Communautaire de Protection de femme et e l’Enfant RECOPE installés dans les 7 communes de la ville de Lubumbashi; pour une mobilisation et un référencement dans le délai des survivants encourager les communautés de dénoncer les cas de viol et briser ainsi le silence.
Les comités d’alerte seront constitués de 3 femmes et 2 hommes et impliqueront les adolescents dans le partage des alertes et la dénonciation des auteurs des viols et violences sexuelles basés sur le genre.
La stratégie de durabilité des actions de chaque commune sera mise en place avec la participation des volontaires communautaires de chaque commune qui tiendra compte de la participation des femmes, des filles, des garçons, des hommes et des adolescents pour une implication effective de la communauté qui sera une garantie de la durabilité de nos interventions.
Des focus groupes homogènes avec les femmes, jeunes filles, jeunes garçons, hommes seront organisés pour des réflexions sur la lutter contre les VBG.
La mise en place du mécanisme de prévention et de prise en charge des VBG sera accompagnée d’un plan de communication adéquat, dont l’objectif principal sera d’informer les populations de l’existence du mécanisme, du mode de fonctionnement et des voies d’accès aux services de signalement et de prise en charge des cas de VBG. La connaissance du dispositif, son utilisation et sa performance sont des activités majeures que le projet devra realiser.
Communication interne cible : Acteur du Projet, ses partenaires et le public : les prestataires de santé : diffusion auprès de tous les acteurs du secteur santé : sessions de formation, campagnes d’affichage dans les structures de santé, courrier électronique auprès de tous les chefs de structures de santé, partage lors de réunions de coordination.
Objectif : prévention des violences, harcèlement sexuel, exploitation et abus sexuel et adoption du code de conduite qui doit être vulgarisé et affiché.
La communication mettra l’accent sur les messages suivants :
- Aucune faveur sexuelle ou autre ne peut être demandée en échange d’une assistance médicale ;
- Il est interdit au personnel médical de se livrer à l’exploitation et aux abus sexuels ;
- Tout cas ou soupçon d’exploitation et d’abus sexuels peut être signalé en toute confidentialité
- Un point focal violence est nommé (vulgariser son numéro, placer une boîte au sein de l’unité du Projet pour la collecte des plaintes (l’emplacement devra être bien choisi pour garantir la confidentialité).
Ces messages devront être affichés dans des endroits stratégiques au sein de l’unité du Projet pour une meilleure vulgarisation, en complément au code de conduite signé par le personnel et les prestataires de services mobilisés dans le cadre de l’exécution du Projet, (consultants, fournisseurs, entreprises, prestataires de services, services de signalement et de prise en charge médicale, sociale, juridique, psychologique, etc.).
                                                           
                                                                                  COMMUNICATION SOCIALE : CIBLE : LES POPULATIONS ET LES RESEAUX COMMUNAUTAIRES

Des activités de diffusion spécifiques doivent être menées en direction des groupes de femmes, des associations de défense des droits de la femme et de l’enfant, des forces de sécurité, des agents de santé communautaires.
Les médias peuvent être utilisés, notamment les radios communautaires qui peuvent être des partenaires privilégiés, de même que les leaders, acteurs ou associations communautaires, pour une communication ciblée et de proximité. Dans ce cadre, un partenariat pourrait être noué avec ces radios pour assurer une communication continue sur le respect des droits humains, mais surtout sur la protection des femmes et des enfants, et le mécanisme de prévention et de prise en charge des actes d’abus sexuels/harcèlement. La communication portera sur des messages de sensibilisation, pour prévenir ces actes, mais aussi sur le dispositif de signalement et de prise en charge (les procédures, les services et structures de prise en charge), mis en place dans le cadre de ce Projet.
L’objectif est de vulgariser toutes les informations sur le dispositif de signalement et de prise en charge des cas d’abus sexuels.
La collaboration avec les communautés, les réseaux de jeunes actifs sur les réseaux sociaux, les organisations de la société civile, les organisations communautaires de base, les associations sportives et culturelles, en particulier les leaders, les agents de santé communautaires, les Bajenu Gox et autres relais communautaires (qui sont souvent les principaux canaux de confiance au niveau communautaire et donc des portes d’entrée), ainsi que les radios communautaires, permettra d’atteindre les populations.
Les violences basées sur le genre sont considérées comme un sujet tabou au Sénégal. La plupart des cas sont réglés au sein des familles et des communautés et les victimes livrées à leur sort, parfois contraintes de garder le silence, et ne bénéficient d’aucun accompagnement social ou psychologique. Du fait des pesanteurs socio-culturelles, (les questions d’honneur, de pureté, de stigmatisation, rejet, traitement à l’amiable, etc.), certaines victimes de violences sexistes vivent un traumatisme psychique profond, puisqu’aucune prise en charge ne leur est fournie (juridique, sociale, psychologique, économique) pour traiter le traumatisme et assurer la réinsertion sociale.
La communication devra mettre l’accent sur le fait que dénoncer une violence basée sur le genre est une obligation sociale et permet de sauver une vie. Les messages pourraient aussi aborder la question de la confidentialité, de la sécurité et de la dignité de la victime qui seront préservées, afin d’encourager les victimes à signaler les cas et bénéficier d’une prise en charge. Certaines victimes ont souvent peur des représailles de l’auteur ou de sa famille et préfèrent garder le silence.
La communauté doit plus particulièrement être informée :
  • des endroits où se rendre pour obtenir de l'aide ;
  • des services disponibles et des modalités d'accès à ces services ; de ce à quoi elle peut s'attendre, y compris des renvois potentiels, ainsi que des rôles, des responsabilités et des limites des différents acteurs ;
  • Des conditions de confidentialité ;
  • Des principes de sécurité et de respect de la vie privée des victimes.
  • Organisation des formations sur le harcèlement sexuel et l’exploitation et abus sexuels 
  •  Aménagement des espaces sûres pour les femmes et les filles

Les enjeux et problèmes auxquels sont confrontées une survivante et sa
famille sont identifiés ;
Les survivantes sont informées de toutes les options à leur disposition ;
Les survivantes doivent être suivies de manière coordonnée ;
  • Les survivantes bénéficient d'un soutien émotionnel tout au long du
    processus en respectant toutes les six étapes fondamentales de la gestion axée sur la survivante  ci-dessous :
  • Présentation et engagement :
  • Dans l’objectif d’établir un lien avec une survivante et établir les bases d'une relation thérapeutique, cette première étape consiste à :
Accueillir la survivante et la réconforter
Etablir une relation avec la survivante
Communiquer de manière chaleureuse et ouverte
Obtenir le consentement éclairé de la survivante afin de lui proposer des services de gestion des cas :
Expliquer le processus de gestion des cas
Expliquer la notion de confidentialité et les exceptions à la règle
Expliquer ses droits à la survivante
Poser des questions et répondre aux questions
Utiliser le formulaire de consentement
  • Evaluation de besoin : 
  • Une bonne gestion des cas repose sur une bonne évaluation :
Déterminer si d'autres prestataires interviennent
Comprendre qui est la survivante
Inviter la survivante à vous dire ce qui s'est passé
Bien écouter
Répondre en appuyant les propos de la survivante, en faisant preuve de compassion et en fournissant des informations
Identifier les craintes et les besoins clés de la survivante
Documenter les informations pertinentes sur un formulaire ou sur des notes afférentes aux dossiers ou dans un système sûr de stockage des données et de rangement des dossiers.

  • Élaboration du plan d'action personnalisé :
  • Le plan d'action personnalisé, qui est basé sur les informations recueillies pendant l'évaluation, guide la prestation des services dont la survivante a besoin.
  • Résumer ce que vous comprenez des besoins clés de la survivante
  • Fournir des informations sur les services et les soutiens disponibles et sur ce que la survivante peut en attendre
  • Prévoir avec la survivante la façon de répondre à ses besoins, définir des objectifs personnels, et prendre des décisions sur les étapes à venir,
  • Élaborer et documenter un plan d'action personnalisé,
  • Travail de collaboration entre l'intervenant et la survivante
  • Identifier les interventions qui peuvent répondre aux besoins de la survivante
  • Discuter des aspects positifs et négatifs de chaque orientation
  • Mise en œuvre du plan d'action personnalisé :
  • Mettre la survivante en relation avec les prestataires de services via des références, l'aider à accéder à ces services et s'assurer que les services sont bien coordonnés.
  • Orienter les survivantes
  • Intervenir en faveur des survivantes et les aider à accéder aux services
  • Assurer la coordination du cas
  • Dispenser des services directs, le cas échéant
  • Suivi personnalisé :
  • Évaluer l'état de la situation et du plan d'action personnalisé de la survivante
  1. Rencontrer ou contacter la survivante comme convenu
  2. Réévaluer la sécurité
  3. Examiner et revoir le plan d'action personnalisé
  4. Mettre en œuvre le plan d'action personnalisé révisé
  5. Clôture du dossier :
  6. Reconnaître le moment où le travail avec une survivante est terminé et y mettre fin avec la survivante de manière sûre et en la soutenant.
  7. Déterminer si/quand le dossier doit être clos
  8. Documenter la clôture du dossier
Si possible, proposer l'enquête de satisfaction auprès des survivantes
Stocker en toute sécurité le dossier personnel clos (mettre le dossier clos dans une nouvelle armoire).

Référencement médical et mise place des conventions de collaboration avec les structures sanitaires compétentes
Pour tous les cas de violences orientés vers les services de prise en charge préalablement identifiés, la prise en charge comprendra :
La réponse médicale
Les prestataires de santé doivent assurer une prise en charge médicale confidentielle, accessible, compatissante et appropriée des survivantes/victimes de la VBG, dans un climat de sécurité. Pour la violence sexuelle, la prise en charge médicale comprend au moins :
- Un examen et la description par écrit de l’état de la victime notamment blessures et ecchymoses
- Le traitement des blessures
- La prévention des maladies sexuellement transmissibles, y compris le VIH-SIDA
- La prévention d'une grossesse non voulue
- La collecte de preuves médicolégales minimales
- Un appui psychologique/affectif
- Une documentation médicale (délivrance d’un certificat médical gratuit pour la survivante pour tous les cas de VBG, mais à la charge du Projet)
- Liste des services d’assistance psychologique, juridique/judiciaire, sécurité, réinsertion sociale ;
- Un suivi,
Pour la prise en charge médicale
Le projet utilisera les stratégies communautaires avancées, y compris à travers les relais communautaires, pour pouvoir assurer un référencement dans le délai requis de 72h suivant chaque incident de viol.
- Application du protocole national pour la prise en charge clinque du viol
- Mise à disposition des kits post-viol
- Référencement médical pour toutes conséquences des violences sexuelles allant au-delà de la prise en charge clinique du viol, par exemple la prise en charge des grossesses issues de viol, des IST, y compris le VIH, conséquences des avortements et fistules obstétricales. Ceci sera possible par l’appui en complémentarité d’autres projets et programmes sur la santé sexuelle et reproductive ciblant les mêmes OSC
- Détection et référencement des signes des autres types de violences et prise en charge conséquent, notamment des violences physiques perpétrées par le paritaire intime.
Pour l’accompagnement juridique et judiciaire
Dans le but de s’assurer que les victimes de violences sexuelles ont systématiquement recours au système judiciaire et aux agents de l’application de la loi pour bénéficier d’une protection juridique et judiciaire de qualité, la clinique juridique mettra en œuvre notamment les activités suivantes :
Organiser des séances d’alphabétisation juridique et de vulgarisation des instruments juridiques sur les survivant(e)s ;
- Organiser des émissions radio sur les droits des femmes, les VBG et les mécanismes légaux et judiciaires de protection des survivants ;
- Organiser des émissions radio sur l’existence de la clinique et des services qu’elles proposent ;
- Assurer la permanence des services dans les cliniques juridiques et les orientations nécessaires ;
- Assurer l’accompagnement juridique et judiciaire des survivant(e)s de VBG.

Nos engagements dans le renforcement des systèmes locaux de redevabilité sont :
  • Un leadership pour une redevabilité solide envers les participants et les communautés du programme : AFEMDCO s’engage à exprimer clairement ce que signifie la redevabilité pour le programme de prévention aux VBG (avec une politique claire et explicite sur les résultats attendus) l’équipe dirigeante valorise le concept redevabilité et montre le bon exemple.
  • Conception, Suivi, évaluation et apprentissage : AFEMDCO s’engage à concevoir un programme basé sur les évaluations impartiales de besoins de différents groupes vulnérables et se donnera comme but d’atteindre des normes reconnues sur le plan international. De plus, un suivi sera mis en place afin de susciter une amélioration de notre programme et un compte rendu et des évaluations régulières seront conduites pour améliorer l’apprentissage.
  • La participation forte de la communauté et critère de ciblage bien défini :
AFEMDCO s’engage à habiliter les femmes, les filles, les hommes et les garçons à jouer un rôle actif dans la prise de décision des programmes qui affecte leur vie. Ceci se reflètera dans la conception, l’exécution, le suivi et évaluation.
  • Prévention des VBG, EAS et HS dans le cadre du programme : AFEMDCO s’engage à mettre en place des systèmes et des approches afin de réduire les risques des violences basées sur le genre, les     matières de VBG, aux exploitations aux abus sexuels et Harcèlement sexuel à l’encontre des participants aux programmes et des membres de la communauté de la part de quiconque joue un rôle dans la mise en œuvre de ce projet. Cela comprend, sans s’y limiter, les personnels d’AFEMDCO, les partenaires, les sous traitants et les volontaires communautaires.
  • Partage d’information et communication dynamique avec les participants au programme et les communautés : AFEMDCO s’engage à assurer que toute information pertinente sur le programme est fournie et discutée avec les communautés en temps et en heure, de manière accessible et précise.
  Cela permet aux communautés d’engager un dialogue avec AFEMDCO, d’influencer les programmes en connaissance de cause.
  •  Mécanisme de réponses pour les participants au programme et les communautés : AFEMDCO s’engage à exécuter des mécanismes systématiques de réponse pour les communautés ainsi que de mécanismes de gestion de plaintes et de réponse spécifique au contexte. Avec une meilleure compréhension du niveau de satisfaction des parties prenantes par rapport à ses services et son programme.

                                                                                                         CODE DE BONNE CONDUITE ET POLITIQUE INTERNE VISANT LA PREVENTION ET LA REPONSE DU HARCELEMENT, 
                                                                                                               DE L’EXPLOITATION ET DE L’ABUS SEXUEL, Y COMPRIS UN PLAN REGULIER DE FORMATION DU PERSONNEL 

AFEMDCO dispose d’une polit de prévention et protection des bénéficiaires des interventions contre le harcèlement sexuel, l’abus et l’exploitation sexuelle.
Cette politique est intitulée ‘’Politique de gestion du personnel, partenaires et autres affilies de AFEMDCO ASBL contre la fraude, les conflits d’intérêt, la protection des enfants et des adultes contre l’exploitation et abus sexuels, l’éthique ainsi que tout autre comportement illégal dans le cadre de service’’ Elle a été publié le 20 Juin 2019.
Cette Politique de gestion du personnel et tout autre personne affilié à AFEMDCO sur la Protection de l'enfant et de l'adulte, à laquelle il est également fait référence sous le nom de Politique de gestion de la protection, est le prolongement des Normes de protection de l'enfance, en vigueur depuis l'année 2000, pour couvrir toutes les populations vulnérables, notamment les femmes et les enfants dans une politique intégrée. Cette Politique met toujours l'accent sur les vulnérabilités uniques et les exigences de protection spéciales applicables aux enfants, ainsi que sur l'importance de prévenir l'exploitation et les abus sexuels (EAS) en particulier, entre autres formes de maltraitance des adultes bénéficiaires.
La protection des enfants et des adultes vulnérables que nous servons est fondamentale dans toutes les activités, les programmes et les Filières de AFEMDCO ASBL (aide, développement et plaidoyer). Notre engagement à avant tout ne pas nuire aux enfants ou aux adultes bénéficiaires, à respecter les droits de tous les bénéficiaires, et à défendre l’intérêt supérieur1 des enfants, tient un rôle central dans tout ce que nous faisons et est une considération essentielle de toutes nos actions et décisions.
AFEMDCO a une tolérance zéro à l'égard des incidents de violence ou de maltraitance à l’encontre des enfants ou des adultes, notamment à l'égard de l'exploitation ou des abus sexuels commis par des employés ou autres personnes affiliées à notre travail. AFEMDCO prend les mesures nécessaires pour répondre à tous les cas de maltraitance suspectés ou avérés. Les réponses aux incidents sont centrées sur l'enfant ou l'adulte survivant, et le fait de privilégier leurs intérêts.


V.3. Le référencement vers les services de prise en charge (procédure de signalement)
Les risques en lien avec la mise en œuvre du Projet sont : Harcèlement sexuel, Exploitation sexuelle et abus, violences physiques, Violences morales, Violences sexuelles, Négligences, stigmatisation, refus de soins, discrimination…). Leur mise à jour sera faite de façon continue, afin d’adapter la réponse.
Au sein du Projet, le signalement des cas se fera à travers plusieurs canaux : Boites mises à la disposition du personnel et des structures partenaires, courrier électronique (le Projet fournira une adresse e-mail fonctionnelle), numéros verts existants (Numéros Verts : Police, Association des Juristes, ONG International, Groupes WhatsApp…) ;
Les principes/procédures de signalement sont : garantie de l’anonymat, confidentialité, sécurité et évaluation des risques résiduels, garantie de la dignité humaine, mise en confiance. Conformément aux procédures opérationnelles standards de prise en charge et de prévention des VBG adoptées par la RDC, la prise en charge est holistique et comprendra une réponse médicale, psychologique, un accompagnement vers une réponse de sûreté et de sécurité et une réponse juridique selon le besoin de la survivante.
Les comités du système d’alerte dans les communes et quartiers de la ville de Lubumbashi, qui s’appuieront sur les membres des Réseaux Communautaires de Protection de la femme et de l’Enfant RECOPE ; joueront un rôle déterminant dans la sensibilisation et mobilisation des communautés à dénoncer et référer les cas de viol vers les services de prise en charge holistique.